La pédicure en vidéos

Première cage de contention qui a servi pendant 14 ans. Réalisée en quelques semaines, très légère (460 kilos), elle acceptait du bétail jusque 1.300 kilos

Vue globale du fonctionnement de ma première cage de parage chez un éleveur bien connu des Ardennes Belges

La ligne blanche est suspecte mais il n’y a pas encore de boiterie. Sans ce parage préventif probablement que la vache aurait boité dans quelques mois.

Parage préventif. Pour le pied gauche on remarque une tendance à la fourbure. Sur le pied de droite, on trouve un tylôme (une “limace”) entre les doigts. Il n’y a aucun signe d’inflammation ni d’infection. En l’état, elle ne dérange pas.

La vidéo montre un parage d’été. Lorsque le parage a lieu pendant la période de paturage, Je pratique un parage plus léger car les sols sont plus hostiles que les bétons d’étable. La sole doit remplir son rôle protecteur. En hiver, je me serais permis d’enlever quelques millimètres supplémentaires.

Découverte d’un ulcère de la sole que l’on appelle “cerise” dans le jargon professionnel L’ulcère de la sole tient généralement à la conjonction de trois causes. L’anatomie de l’os du pied, le défaut d’aplomb et la fourbure

Parage curatif. Avant le parage, une première lecture du pied laisse supposer de la fourbure.

Au gré du parage on découvre un abcès.

Suite de la précédente vidéo. Montre une partie du soin appliqué.

Parage curatif. Avant le parage on constate trois soucis: de la fourbure au niveau de la sole, du fourchet au niveau des talons et enfin une ligne blanche qui n’est pas en bonne santé.

En fin de parage on constate que la maladie de Mortellaro s’est installée au niveau de la ligne blanche.

Soin. Deuxième partie de la vidéo précédente. Le soin se termine par une résine de protection qui va durcir en quelques minutes et former un pansement jusqu’à la guérison.

Cette méthode de travail, personnelle, a plusieurs avantages. La résine est antiseptique, elle protège il protège efficacement la plaie et ne doit pas être enlevée. Enfin, il n’y a pas lieu de recourir à la pose d’une talonnette.

Parage préventif chez un nouveau client. Il y avait beaucoup de corne à enlever.

En début de journée, les couteaux en carbure de tungstène étaient neuf. Nous sommes en milieu d’après-midi et ils commencent à être émoussés.

Parage curatif.

On découvre la maladie de Mortellaro localisée à la base des talons.

Parage curatif d’une patte avant.

La cause de la boiterie est un ulcère de la sole qui, de surcroît est infecté.

Suspicion de maladie de Mortellaro

Parage curatif. Violente nécrose de la pointe dont 30 % du troupeau est atteint. La boiterie a certainement plusieurs semaines. Attention âmes sensibles s’abstenir.

Les éminences grises invoquent 3 hypothèses pour expliquer cette pathologie. Toutes les 3 sont erronées.

Assurément la nécrose de la pince provient d’une mauvaise santé de paroi intestinale causée par une intoxication alimentaire.

La pédicure en images

La fourbure

Il s’agit d’une maladie métabolique très fréquente. Elle se caractérise par des phénomènes inflammatoires et une dégradation de la circulation du pied.

L’origine de la fourbure est souvent causée par l’alimentation mais il serait réducteur de penser qu’elle en est la seule cause. La couleur de la sole peut être jaunâtre, rougeâtre, mouchetée de petits points rouges, marquée d’hématomes. Elle s’accompagne ou non d’une déformation de la boite cornée.

Le fourchet ou dermatite inter-digitée

Le fourchet est une maladie bactérienne causée par deux familles de bactéries :

Fusobacterium necrophorum : qui est une bactérie hôte du tractus gastro-intestinal

Dichelobacter nodosus ( anciennement Bactéroïde nodosus): qui est une bactérie également impliquée dans le piétin. C’est d’elle dont dépend la virulence plus ou moins forte du fourchet.

 

Le tylôme

Il s’agit d’une excroissance entre les doigts. Son origine est infectieuse. F. necrophorum est impliqué. Dans un premier temps la peau fermente sous l’action de F. necrophorum. Il s’en suit une inflammation de la peau qui engendre la « limace ».

L'ulcère typique de la sole

L’ulcère typique de la sole s’explique par la conjonction de 3 facteurs :

  1. Une prédisposition anatomique : La face plantaire de l’os du pied présente une petite bosse à l’endroit de l’ulcère.
  2. Ensuite, un défaut d’aplomb, quand le sabot est trop long, entraîne une charge excessive à l’arrière du pied.
  3. Enfin la fourbure intervient également dans le phénomène.

La maladie de la ligne blanche

La ligne blanche est constituée d’une corne grasse qui permet de solidariser la muraille avec la sole.

Les abcès

On peu distinguer 2 types d’abcès typiques. Le premier se localise à la pointe du pied et est d’origine métabolique. L’abcès est alors aseptique (dans un premier temps). Le second se localise en talon et est souvent une conséquence de la maladie de la ligne blanche. Dans ce cas, l’abcès est généralement infectieux et perce fréquemment au niveau de la couronne du pied.

La maladie de Mortellaro (dermatite digitée)

C’est une maladie infectieuse causée par de longues bactéries spiralées très proches des bactéries de la maladie de Lyme ou de la syphilis. Décrite pour la première fois en 1974 en Italie lors d’une conférence sur les boiteries par le Dr Mortellaro. La maladie s’est rapidement répandue en Europe et dans le reste du monde.

La seime

Il s’agit d’une ouverture de la muraille. Elle peut être verticale (montante ou descendante) ou horizontale

La nécrose de la pince

L’origine de la maladie prête à polémique. Selon mon expérience elle est causée par une intoxication alimentaire.

La panaris

Il s'”agit d’une infection des tissus profonds du pied. Généralement symétrique, il débute souvent par une atteinte au niveau de l’espace interdigité.

Quelques soins